mise à jour
le 23/09/05
comment déceler une voiture repeinte grâce aux UV
 

 

Oh! la belle auto, mais sous ses apparences flatteuses ne cache-t-elle pas quelques défauts inavouables ?

Heureusement, il y a moyen d’en savoir un peu plus grâce à une application inattendue de la photographie dans le proche ultraviolet.

En effet, ce procédé offre la possibilité de différencier facilement les parties repeintes de celles d’origine. Les écarts sont particulièrement marqués avec les peintures métallisées, tout spécialement avec le gris clair.

La procédure est des plus simples, et nécessite peu de matériel, puisqu’il suffit de prendre une photo avec un appareil numérique Agfa ephoto 1280 ou 1680, équipé d’un filtre ne laissant passer que les UV, en l’occurrence un HOYA U-360 que l’on peut commander à la FNAC (de mémoire pour environ 45 euros).

Cette photo prise dans l’ultraviolet montre tout de suite une nuance inquiétante entre l’aile avant gauche et le reste de la carrosserie. Il semble également qu’il y ait une petite différence entre les deux portes et l’arrière de la voiture (d’ailleurs, aussi, avec le bas de caisse).

Est-ce une vague impression, ou est-ce bien réel ?

Pour en être plus sûr, on peut mesurer la luminosité selon une trajectoire allant d’un élément de carrosserie à l’autre.

Au niveau du phare, en suivant la ligne d1, la mesure de luminosité donne sur le graphique, selon une échelle allant de 0 pour le noir à 255 pour le blanc, une valeur moyenne de 100 pour la calandre (C), et environ 50 pour l’aile (A) - une petite pointe vers le niveau 30 (J) peut être éventuellement causée par le raccord entre les deux pièces.
Entre l’aile avant (A) et la portière (P), le phénomène est inversé, et l’on observe ici le passage d’une zone sombre vers une zone plus claire. On voit donc nettement en ultraviolet la luminosité changer brutalement, ce qui veut dire que les surfaces ne réagissent pas de la même façon, et qu’elles sont probablement de nature différente.

___

 

Une autre belle voiture ..., toujours en apparence ;o)

Cette image UV est peut-être un peu plus difficile à interpréter, mais il semble bien que l’on ait affaire ici à une intervention sur les deux portières.

Le cas de la portière arrière semble indiscutable. En ce qui concerne la portière avant, les mesures de luminosité nous donnerons plus d’indications. Au passage, on peut remarquer que la voiture en arrière plan (v2) présente également une légère différence de luminosité au niveau de la porte qui semble un peu plus claire que le reste du véhicule.

Toujours selon une ligne d1, la mesure de luminosité donne sur le graphique de droite une moyenne de 80 pour la portière (P), et plus de 110 pour l’aile arrière (A) - une pointe vers 40 (J) marque nettement la séparation entre les deux pièces de carrosserie.
Entre l’aile avant (A) et la portière (P), le phénomène est là aussi inversé, et l’on observe le passage d’une zone claire vers une zone plus sombre. Moins marquée que pour les autres exemples, cette différence de luminosité (160-130) laisse penser que la portière à bien reçu, elle aussi une couche de protection supplémentaire ...

Je sais, vous pensez : "il est bien gentil, mais rien ne prouve qu’il ait raison ..." ;o))
Eh bien, au moins dans le cas de cette deuxième voiture, j’ai la preuve qu’elle a bien été repeinte.
En effet, un défaut dans le masquage (cercle rouge, repère P) a permis à un peu de peinture de passer, laissant une tache grise sur le montant entre les deux vitres.

Cette méthode n’est, bien sûr, pas infaillible, et le fait de ne rien détecter ne veut pas dire que le véhicule soit comme neuf. La peinture utilisée pour la réparation peut très bien réagir dans la longueur d’onde utilisée (360 nm), de la même façon que le revêtement d’origine.

Inversement, découvrir sur l’image UV, un changement de luminosité entre deux éléments contigus fait penser immédiatement à l’intervention d’un carrossier. Dans l’immédiat, je ne vois pas d’autre explication ...

___

voici à peu près comment les abeilles voient notre monde (si, si, c’est vrai ..., dommage qu’elles n’aient pas besoin de voiture ... ;o)