Questions fréquemment posées sur l'holographie
 

attention, cette page n'est plus à jour ! - les prix indiqués (toujours en francs...) sont à considérer comme étant des ordres de grandeur - problème aussi avec les conditions d'achat des plaques (minimum de facturation, etc.) et pour les pointeurs, qui n'ont pas été actualisés...

___

> Nous sommes des élèves de Terminale scientifique et nous réalisons un TPE (dossier)
> sur l'holographie. Après visite de votre site nous nous sommes posé cette question :
> est-il possible, pour nous, de réaliser une expérience d'holographie? (sachant que nous
> pourrions être aidés par un professeur de physique pour la manipulation). Si oui,
> pourriez-vous nous donner une approximation du budget requis pour cette expérience.

Pour votre budget,  tout dépend de ce que vous possédez déjà.

Si votre établissement possède un labo photo, et si votre professeur de physique peut vous fournir un luxmètre et un spectrophotomètre, il vous suffira d'acquérir quelques pointeurs laser à 60,00 F (afin de sélectionner ceux dont la longueur d'onde est la plus proche de 640 nm), deux boîtes de 20 plaques photosensibles format 6x6 environ 1500,00 F (minimum de facturation d'Absys...) plus le port , un kit de produits chimiques "1L" pour $30 (250,00 F environ, port compris), et  un éclairage inactinique 60,00 F toujours avec le port.
Soit un budget qui ne devrait pas dépasser 2500,00 FF TTC.  

La table isolante ne présentera pas de problème à votre professeur de physique, il doit avoir tout ce qu'il faut dans son labo.

Le kit de développement "1L" permet en fait de préparer 2x1L de révélateur, produits A et B que l'on mélange au dernier moment, et 1L de bain de blanchiment. Avec la technique du "bain perdu", et en comptant 50 ml de révélateur par plaque, on peut en théorie en développer une quarantaine.

Si vous n'avez pas de labo photo, il faudra rajouter 2 à 3  cuvettes pour le développement, 3 flacons en plastique d'1 L pour les révélateurs et le blanchiment. Cela ne va pas chercher très loin, peut-être 250,00 F pour le tout.

Le luxmètre n'est pas indispensable, mais il vous fera faire des économies en limitant le nombre d'essais. Une fois votre dispositif étalonné, vous pouvez arriver à un taux de réussite de 100 %.

Par contre, le spectrophotomètre est important car il vous permettra de sélectionner, parmi les pointeurs, celui dont la longueur d'onde sera la plus proche de 640 nm qui est le pic de sensibilité des plaques BB-640 et de réduire ainsi le temps d'exposition de façon importante par rapport à un pointeur qui serait à 670 nm.

 

> Nous aussi cherchons des plaques holographiques  et c'est très difficile. Sur
> votre site vous indiquez une entreprise avec laquelle nous avons pris
> contact. Malheureusement elle ne fait plus de commande en dessous de 1500 F
> (soit environ 60 plaques holographique) et nous n'en avons besoin que d'un
> dizaine tout au plus (en comptant les erreurs). Connaissez vous un autre lieu
> ou se procurer les plaques?

Non, malheureusement, en France le seul distributeur de plaque BB-640 est la société Absys qui m'a confirmé que, d'une part, le prix de 20 plaques venait de passer à 700 F HT, et  que, d'autre part, le minimum de facturation était à présent de 1500 F HT, soit une commande d'au moins 40 plaques.

> Donc, pour notre projet, l'idéal serait d'avoir une dizaine de plaques
> holographique?

Si c'est votre première tentative, je vous conseillerais plutôt une vingtaine de plaques, car au début, un certain nombre serviront à l'étalonnage de l'installation, et à réaliser des essais qui, quelques fois, ne sont pas parfaitement réussis...:-)

 

> Sinon, malgré que votre stock s'épuise, pensez vous que l'on puisse vous en
> racheter? (ou éventuellement faire un achat groupé à Absys?)

Je regrette, mais devant les difficultés croissantes d'approvisionnement, je vais essayer de conserver les quelques plaques qui me restent pour des réalisations personnelles... ;o) 

 

> Ou (en France si possible), trouver les miroirs semi-réfléchissants ? Quel
> pourcentage de réfraction a-t-on besoin pour les hologrammes (je suppose qu'il
> faut qu'elle réfléchisse 50% de la lumière et en laisse passer 50% mais je
> n'en suis pas sur...)

Ça, c'est beaucoup plus simple, puisqu'il suffit de prendre une plaque de verre ordinaire, et en jouant sur l'angle d'incidence du faisceau, on arrive assez bien à doser le pourcentage de lumière réfléchie. L'intensité du faisceau de référence doit en principe être de 2 à 5 fois supérieure à l'intensité de la lumière réfléchie par l'objet. Vous pouvez jeter un coup d'oeil à la page consacrée aux tables isolantes, et agrandir la vue aérienne du dispositif pour holographie de retransmission. La plaque bleue supporte une vitre de forme légèrement prismatique, ce qui permet de séparer naturellement le faisceau réfléchi par la face avant, de celui réfléchi par la face arrière. Si vous n'avez qu'une vitre à faces //, ce n'est pas grave, il suffira de bloquer l'un des faisceau en interposant un carton noir.

 

> Quelle différence y a-t-il entre film et plaque Holographique? Y en a-t-il un
> qui ne convient qu'au montage de transmission et l'autre à celui de réflexion
> ou bien on utilise le même type de plaque pour les deux?

Les films, de par leur faible résolution, sont destinés à l'holographie de retransmission. Les plaques peuvent indifféremment être utilisées pour les deux utilisations. Les films sont moins coûteux, mais leur manque de rigidité implique cependant un positionnement un peu plus compliqué, comme par exemple de les pincer entre deux plaques de verre.

 

> Comment faut-il disposer les éléments sur la table?

Idem plus haut (...vous pouvez jeter un coup d'oeil à la page consacrée aux tables isolantes, et agrandir la vue aérienne du dispositif pour holographie de retransmission...) Dans les deux cas, retransmission et réflexion, le faisceau de référence doit se présenter sous un angle compris entre 30° et 45° par rapport à une normale à la surface de la plaque. L'important, et encore(!), c'est de respecter pour l'holographie de retransmission un longueur de trajet identique entre les deux faisceaux (longueur de cohérence). Je crois, mais il faudra que je le vérifie, que la longueur du trajet doit être un multiple de deux fois la distance entre les miroirs du laser HeNe utilisé (Quid des pointeurs...)

 

> A quoi sert l'indication que nous donnera le luxmètre pour le positionnement
> des éléments? Comment avec cette indication déterminer le temps d'exposition?

Le luxmètre permet d'ajuster le fameux rapport d'intensité entre le faisceau de référence et la lumière réfléchie par l'objet (surtout utile pour l'holographie de retransmission ; pour l'holographie de réflexion, on ne peut jouer qu'avec la nature de l'objet), et de déterminer le temps d'exposition. Avec les plaques BB-640, et mon luxmètre étalonné en lumière du jour, mais dont je ne connais pas la sensibilité exacte autour de 650 nm, j'obtiens de bons résultats pour 1000 lux et 5s d'exposition. (500 lux/10 sec, etc. ;o)

 

> Comment positionner la plaque pour le montage de réflexion car si on utilise un
> papier à la place du film holographique, la lumière ne passera pas à travers?

Contrairement au pellicules photos et films pour holographie de retransmission, les plaques sont totalement transparentes, au point qu'il est difficile de savoir de quel coté se trouve l'émulsion. On peut donc utiliser une plaque de verre pour les réglages et les mesures.

 

> Pour le développement du film, peut on les confier à un développeur de
> photographie normal ou doit on le faire soit même? Si l'on doit le faire soit
> même pouvez vous nous indiquez avec quels produit et comment doit on s'y
> prendre.

Non, il faut le faire soi-même avec des produits adaptés ( voir la page matériel => Photographers Formulary ). En fait c'est très simple, et très proche du développement d'un tirage NB. (voir la page traitement)